Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 Feb

Quand les salafistes concurrencent le Hamas à Gaza

Publié par al-islam-fi-nafsi  - Catégories :  #Actualités sur l'islam

Ils prêchent la guerre sainte, prônent un islam ultraconservateur et tirent des roquettes contre Israël malgré la trêve informelle observée par le Hamas: les groupes salafistes djihadistes exercent une influence de plus en plus grande dans la Bande de Gaza et constituent un problème croissant pour le Hamas, le Mouvement de la résistance islamique au pouvoir dans le petit territoire palestinien.

Ils sont organisés en petits groupes armés qui n'hésitent pas à affronter les hommes du Hamas, et leur ligne radicale séduit de plus en plus dans un territoire soumis à un blocus strict d'Israël et frappé par la pauvreté. Certains craignent qu'ils ne deviennent une tête de pont qui permettrait à Al-Qaïda, leur jumeau idéologique dont ils reprennent l'appel à la guerre sainte mondiale, de s'implanter à Gaza.

Le Hamas affirme les avoir démantelés après une fusillade sanglante qui fit 26 morts dans une mosquée en août dernier. Mais après avoir fait profil bas pendant plusieurs mois, ces groupes armés refont parler d'eux.

Ils ont recommencé à tirer des roquettes contre Israël ces dernières semaines et fait sauter la voiture d'un chef du Hamas, qui ne se trouvait pas dans le véhicule. Cette attaque, revendiquée par les "Soldats des brigades du monothéisme", a été présentée comme un avertissement. "Nous n'allons pas arrêter de prendre pour cible des figures de ce gouvernement (Hamas) perverti et malhonnête", a prévenu le groupe. "La suite sera plus dure et plus horrible."

Les groupes salafistes reprochent au Hamas de ne pas avoir instauré la loi islamique depuis sa prise de contrôle de Gaza en 2007 et de s'en tenir largement à une trêve tactique avec Israël depuis l'offensive "Plomb durci" dans le petit territoire.

Ismaïl Haniyeh, le Premier ministre Hamas, reconnaît la popularité croissante des groupes salafistes. "Si c'est un phénomène parmi certains jeunes à Gaza, ils seront traités avec des discussions et des réunions", a-t-il déclaré lors d'un sermon dans une mosquée.

Le Hamas a peut-être créé sans le vouloir un climat favorable à leur émergence en poussant à l'islamisation de la société gazaouie, avec notamment une "campagne de vertu" exhortant les femmes à se voiler.

Les groupes salafistes ont commencé à émerger à Gaza après le retrait unilatéral d'Israël en 2005. Selon une étude co-réalisée par un ancien No2 du Shin Bet, le service de sécurité intérieure israélien, ils rassembleraient quelques centaines de membres.

Les salafistes djihadistes sont soupçonnés pour une série d'attentats à la bombe contre des cafés Internet et des magasins de musique à Gaza, qu'ils considèrent comme des pourvoyeurs de vice. En juin 2009, le groupe Jund Ansar Allah (soldats des partisans de Dieu) a envoyé des chevaux chargés d'explosifs sur un poste-frontière israélien, mais l'attaque a échoué et quatre combattants ont été tués dans un accrochage avec les soldats israéliens.

En août, le chef de ce même groupe, Abdel Latif Moussa, entouré d'une garde armée, proclamait, dans une mosquée, la création d'un Emirat islamique à Gaza. La Hamas a donné l'assaut à l'édifice et la fusillade qui a suivi a fait 26 morts: 16 salafistes, dont Moussa, cinq hommes du Hamas et cinq civils. Environ 150 salafistes ont été arrêtés dans la bande de Gaza, dont 25 sont encore en prison, selon le ministère de l'Intérieur du gouvernement Hamas.

Les groupes salafistes violents s'inspirent d'Al-Qaïda mais ne sont pas affiliés officiellement au réseau d'Oussama ben Laden, selon une étude de l'Institut de Washington pour la politique au Proche-Orient.

Citant des responsables israéliens, ce cercle de réflexion américain estime que 30 à 50 combattants venus du Yémen, d'Egypte, de France et d'ailleurs sont à Gaza, pour former des combattants salafistes ou pour mener la guerre sainte. Mais aucun ne serait membre d'Al-Qaïda.

Le groupe salafiste "Tonnerre roulant", qui a fait serment d'allégeance à Ben Laden dans un communiqué publié en juillet, a affirmé que certains de ses combattants sont partis à l'étranger pour suivre un entraînement.

Au-delà des groupes armés, le mouvement salafiste non-violent prend racine à Gaza. Ses adeptes considèrent le djihad comme un devoir sacré, mais accordent davantage d'importance au retour à un "islam véritable" dans leur vie quotidienne. Et les salafistes dirigent des organisations caritatives qui dispensent des cours sur le Coran ou donnent à manger aux pauvres.

"Les gens retournent vers le véritable islam après avoir vu qu'ils n'obtiennent aucun avantage des partis politiques", explique le cheikh Hussam al-Gazar, directeur-adjoint d'Ibn Baz, une oeuvre de bienfaisance basée à Rafah, à la frontière avec l'Egypte. AP

Commenter cet article